FESSARD Etienne
(1714-1777)

Suffisant, encombrant, insupportable, tel est l'homme: Portalis et Beraldi l'ont bien jugé quand ils écrivent que «sa tendance à s'imposer, ses demandes incessantes, sa prétention de se réserver pour lui seul la gravure de tous les tableaux du Cabinet du Roi, la sécheresse de son burin, l'entreprise à demi avortée des Fables de La Fontaine» lui ont valu un piètre renom. Pour l'artiste, adroit et facile, mais au demeurant assez médiocre, il a touché à tout ce qui peut se graver: histoire, genre, portraits, vignettes, etc.
Né en 1714, élève d' Edme Jeaurat, il commença par interpréter Pierre et Chardin; collabora avec Caylus dont il termina, entre autres, les planches des Cris de Paris d'après Bouchardon; traduisit en quinze grandes estampes les peintures de Natoire à la chapelle des Enfants Trouvés; et travailla aussi d'après F. Le Moyne, Lancret, Boucher, J. F. de Troy, Carle Vanloo, etc...
Agréé le 26 mai 1753, Fessard ne devint pas académicien ; il mourut le 2 mai 1777.


Types et Cris de Paris.
A racomoder les vieux sceaux...
Mon bel œillet. 
Gravé d'après E. Bouchardon, par le Cte De Caylus et terminé par Étienne Fessard.
Dimensions respectives: H. 0,222 x L. 0,170 ; H. 0,227 x L. 0,185.

Caylus avait gravé à l'eau-forte toute une série de dessins dans lesquels son ami le sculpteur Bouchardon s'était complaisamment amusé à représenter quelques types de la rue. Les cuivres passèrent entre les mains de Fessard, qui les termina au burin et en tira des épreuves qu'il mit en vente en cinq suites de douze figures chacune.
La première parut en novembre 1737, cinq mois après la publication des Cris de Paris de Boucher : « Études prises dans le bas peuple, ou les Cris de Paris, lit-on dans le Mercure de ce mois... Ce sont des figures seules dont les caractères sont naïfs, vrais et d'un contour admirable. On y voit un Chaudronnier, un Tailleur de Pierre, une Revendeuse, Décrotteur, Porteur d'eau, Savoyard, Crocheteur, Garçon boulanger, etc.». Bien que le titre- frontispice donne Fessard comme éditeur, les pièces portent l'adresse de Joullain.
La seconde suite fut mise en vente le mois suivant: «...On y trouve une Laitière, une Tisanière, une Vendeuse de poisson, un Aveugle, une Huîtriere, un Rémouleur, un Tonnelier ».
La troisième suite ne fut annoncée qu'au mois de septembre 1738. Jusqu'alors, le Mercure ne donnait aucun nom de graveur; il se bornait à indiquer que ces estampes se vendaient chez Fessard. Il en va tout autrement cette fois, et la part des deux collaborateurs se trouve parfaitement définie dans la notice : «...Elles ont été gravées à l'eau-forte par C. s. (Caylus) et retouchées au burin par le sieur Fessard, chez lequel elles se vendent, rue S. Denis, etc. Cette suite comprend la Lanterne magique, le Vinaigrier, la Vendeuse de cerneaux, la Balayeuse, l' Écureuse, etc. »
Une quatrième et une cinquième suite de douze pièces chacune parurent encore, l'une en août 1742 et l'autre en novembre 1746. Les deux annonces du Mercure énumèrent les figures dont se composent ces nouveaux recueils, mais l'avant-dernière seule fait mention de Caylus, toujours désigné par l'initiale de son nom; la cinquième ne le cite pas.

Haut de page

Retour_page_d'accueil

ALIAMET  Jacques
ALIX Pierre Michel
AUBERT Michel
AUDRAN  Benoît II
AUDRAN  Jean
AVELINE  Pierre Alexandre
AVRIL Jean-Jacques
BALECHOU Jean-Joseph
BAQUOY  Jean Charles
BEAUVARLET  Jacques Firmin
BERVIC Jean Guillaume
BLOT  Maurice
BOISSIEU Jean-Jacques
BONNET Louis Marin
BONNEVILLE  François (De)
BOUCHER François
CARMONTELLE  Louis Garrogis (De)
CARS  Laurent
CATHELIN  Louis Jean-Jacques
CAYLUS  (Le Comte De)
CAZENAVE
CHAPONNIER Alexandre
CHAPONNIER François Philippe
CHEREAU François
CHEREAU  Jacques
CHOFFARD  Pierre Philippe
CHRÉTIEN  Gilles Louis
COCHIN  Charles Nicolas (Le Fils)
COCHIN  Charles Nicolas (Le Père)
COPIA Jacques Louis
COURTOIS  Pierre François
CREPY  Louis
DAGOTY  Jean-Baptiste André Gauthier
DARCIS  Louis
DAUDET  Robert
DAULLE Jean
DEBUCOURT  Philibert Louis
DEMARTEAU  Gilles
DENON (Le baron vivant)
DEQUEVAUVILLER  François

DESCOURTIS  Charles Melchior
DESPLACES  Louis Philippe
DREVET  Claude
DREVET  Pierre
DREVET  Pierre Imbert
DUCLOS  Antoine Jean
DUNKER Balthazar Antoine
DURET Pierre Jean
FESSARD Etienne
FICQUET  Étienne
FIESINGER  Jean Gabriel
FILLOEUL Pierre
FLIPART Jean Jacques
FRANÇOIS  Jean Charles
GAILLARD  René
GAUCHER  Charles Étienne
GILLOT  Claude
GRATELOUP Jean Baptiste (De)
GUYOT  Laurent
HELMAN Isidore Stanislas
HUQUIER Gabriel
INGOUF  François Robert (Le Jeune)
JACOB Louis
JANINET Jean François
JOULLAIN François
LA LIVE DE JULLY Ange Laurent (De)
LARMESSIN  (Nicolas III, De)
LAUNAY  Nicolas Delaunay, ou (De)
LE BAS  Jacques Philippe
LE BEAU  Pierre Adrien
LE BLON  Jean Christophe
LE CHAMPION I. A.
LE COEUR  Louis
LE MIRE  Noël
LE PRINCE  Jean Batiste
LE VASSEUR  Jean Charles
LE VEAU  Jean Jacques André
LEGOUAZ Yves Marie
LEMPEREUR  Louis Simon
LÉPICIÉ  Bernard

LIÉNARD  Jean Baptiste
LIGNEE  Charles Louis
LIOTARD  Jean-Michel
LONGUEIL  Joseph (De)
MALBESTE  Georges
MALEUVRE  Jean Pierre
MARCENAY  (De GHUY Antoine De)
MARTIN ( Le Fils)  Jean Baptiste II
MARTINI  Pierre Antoine
MASSARD  Jean
MOREAU  Jean Michel (Le Jeune)
MOYREAU  Jean
NÉE  François Denis
OUDRY  Jean Baptiste
PATAS  Jean Baptiste
PONCE  Nicolas
PRÉVOST  Benoît Louis
QUENEDEY  Edme
RAVENET  Simon François (Le Père)
REGNAULT  Nicolas-François
RIGAUD  Jacques
ROMANET  Antoine Louis
SAINT-AUBIN  Augustin (De)
SAINT AUGUSTIN  Gabriel (de)
SAINT-NON  Jean Claude Richard, Abbé (De)
SARRABAT  Isaac
SAUGRAIN  M.elle Élise
SAVART  Pierre
SCOTIN  Gérard-Jean-Baptiste II
SERGENT  Antoine François
SIMONET  Jean-Baptiste
SURUGUE  Louis (Le Père)
TARDIEU  Nicolas Henri
TARDIEU  Pierre Alexandre
THOMASSIN Henri Simon
VOYEZ  Nicolas Le Jeune
VOYSARD  Étienne Claude
WATELET  Claude Henri
WEISBRODT  Charles
WILLE  Jean Georges