DEQUEVAUVILLER     François
(1745-1807)

Né à Abbeville en 1745 et élève, à Paris, de Son compatriote J. Daullé, cet artiste délicat se trouve associé, par quelques-unes de ses meilleures planches, à la renomée de Lavreince qu'il a fort bien servi, non pas certes à la manière de N. de Launay, mais avec une petite technique menue et sèche, une recherche de lumière sans éclat et de couleur un peu sourde qui ont leur agrément. C'est dans l'Assemblée au salon et dans l’Assemblé au concert qu'il a mis le meilleur de son talent; mais on, peut citer aussi le Lever et, le coucher des ouvrières en modes, l'École de danse, le Contretemps, d'après Lavreince, et l’Indiscret, d'après Borel, pendant du Contretemps et non moins leste. Pour être complet, il faudrait ajouter à cette liste Je nombreux paysages pour le Voyage de Naples, la Description de la France, etc. Comme interprète des maîtres anciens, il a collaboré à la Galerie du Palais Royal, à la Galerie de Florence, au Musée français, etc.
Dequevauviller, qui avait épousé Marguerite Angélique Scolastique de Poilly, de la famille des illustres graveurs de ce nom, est mort à Paris, en 1807.


 L’Assemblée au salon.  
 L'Assemblée au concert.

Gravé par François Dequevauvillier.
Chaque pièce: H. 0,330 x L. 0,465.
E. Bocher, Lavreince, nos 5 et 6.

Encore deux pendants, gravés d'après des gouaches, et mis en vente en 1783-1784.
Le Journal de Paris du 20 et le Mercure du 22 mars 1783, en annonçant l'Assemblée au salon, au prix de 9 livres. louent « l'effet agréable » de l'estampe et reconnaissent qu'elle « paraît représenter assez bien ce qui se passe dans les meilleures assemblées ». La composition aurait, dit-on, pour cadre le salon du duc de Luynes et de Chevreuse, à qui l'estampe est dédiée.
L'année suivante, l'Assemblée au concert est l'objet d'une annonce semblable au Journal de Paris du 8 mars et au Mercure du 24 avril, annonce fort succincte d'ailleurs et de laquelle il n'y arien à retenir.
Ces deux pièces reprennent, à vingt ans d'intervalle, un thème pareil à celui qui avait été si brillamment interprété par Duclos dans le Concert et le Bal paré d'après A. de Saint-Aubin. Mais, depuis 1760, l'influence de la gravure en petit ne s'est pas amoindrie, bien au contraire. Dequevauviller est un habile homme, trop habile, pourrait-on dire, et qui, à force d'habileté, tombe facilemerit dans le sec et le mesquin: « L'Assemblée au salon est une estampe assez pauvre en elle-même, a écrit M. F. Courboin, sans une échappée, sans un accent, sans un sacrifice ». On pourrait en dire autant du Lever et du Coucher des ouvrières en modes, autres pièces célèbres du même artiste, aussi gravées d'après Lavreince (1784 et 1788). Et l'on s'explique aisément, en présence de ces dernières productions de la gravure en noir traitée dans l'esprit du XVIIe siècle (mais combien appauvri et dégénéré !), l'engouement montré par le public d'alors pour tous les procédés nouveaux: gravure en manière de crayon, de pastel, en couleurs, au lavis, au pointillé.

aut de page

Retour_page_d'accueil

ALIAMET  Jacques
ALIX Pierre Michel
AUBERT Michel
AUDRAN  Benoît II
AUDRAN  Jean
AVELINE  Pierre Alexandre
AVRIL Jean-Jacques
BALECHOU Jean-Joseph
BAQUOY  Jean Charles
BEAUVARLET  Jacques Firmin
BERVIC Jean Guillaume
BLOT  Maurice
BOISSIEU Jean-Jacques
BONNET Louis Marin
BONNEVILLE  François (De)
BOUCHER François
CARMONTELLE  Louis Garrogis (De)
CARS  Laurent
CATHELIN  Louis Jean-Jacques
CAYLUS  (Le Comte De)
CAZENAVE
CHAPONNIER Alexandre
CHAPONNIER François Philippe
CHEREAU François
CHEREAU  Jacques
CHOFFARD  Pierre Philippe
CHRÉTIEN  Gilles Louis
COCHIN  Charles Nicolas (Le Fils)
COCHIN  Charles Nicolas (Le Père)
COPIA Jacques Louis
COURTOIS  Pierre François
CREPY  Louis
DAGOTY  Jean-Baptiste André Gauthier
DARCIS  Louis
DAUDET  Robert
DAULLE Jean
DEBUCOURT  Philibert Louis
DEMARTEAU  Gilles
DENON (Le baron vivant)
DEQUEVAUVILLER  François

DESCOURTIS  Charles Melchior
DESPLACES  Louis Philippe
DREVET  Claude
DREVET  Pierre
DREVET  Pierre Imbert
DUCLOS  Antoine Jean
DUNKER Balthazar Antoine
DURET Pierre Jean
FESSARD Etienne
FICQUET  Étienne
FIESINGER  Jean Gabriel
FILLOEUL Pierre
FLIPART Jean Jacques
FRANÇOIS  Jean Charles
GAILLARD  René
GAUCHER  Charles Étienne
GILLOT  Claude
GRATELOUP Jean Baptiste (De)
GUYOT  Laurent
HELMAN Isidore Stanislas
HUQUIER Gabriel
INGOUF  François Robert (Le Jeune)
JACOB Louis
JANINET Jean François
JOULLAIN François
LA LIVE DE JULLY Ange Laurent (De)
LARMESSIN  (Nicolas III, De)
LAUNAY  Nicolas Delaunay, ou (De)
LE BAS  Jacques Philippe
LE BEAU  Pierre Adrien
LE BLON  Jean Christophe
LE CHAMPION I. A.
LE COEUR  Louis
LE MIRE  Noël
LE PRINCE  Jean Batiste
LE VASSEUR  Jean Charles
LE VEAU  Jean Jacques André
LEGOUAZ Yves Marie
LEMPEREUR  Louis Simon
LÉPICIÉ  Bernard

LIÉNARD  Jean Baptiste
LIGNEE  Charles Louis
LIOTARD  Jean-Michel
LONGUEIL  Joseph (De)
MALBESTE  Georges
MALEUVRE  Jean Pierre
MARCENAY  (De GHUY Antoine De)
MARTIN ( Le Fils)  Jean Baptiste II
MARTINI  Pierre Antoine
MASSARD  Jean
MOREAU  Jean Michel (Le Jeune)
MOYREAU  Jean
NÉE  François Denis
OUDRY  Jean Baptiste
PATAS  Jean Baptiste
PONCE  Nicolas
PRÉVOST  Benoît Louis
QUENEDEY  Edme
RAVENET  Simon François (Le Père)
REGNAULT  Nicolas-François
RIGAUD  Jacques
ROMANET  Antoine Louis
SAINT-AUBIN  Augustin (De)
SAINT AUGUSTIN  Gabriel (de)
SAINT-NON  Jean Claude Richard, Abbé (De)
SARRABAT  Isaac
SAUGRAIN  M.elle Élise
SAVART  Pierre
SCOTIN  Gérard-Jean-Baptiste II
SERGENT  Antoine François
SIMONET  Jean-Baptiste
SURUGUE  Louis (Le Père)
TARDIEU  Nicolas Henri
TARDIEU  Pierre Alexandre
THOMASSIN Henri Simon
VOYEZ  Nicolas Le Jeune
VOYSARD  Étienne Claude
WATELET  Claude Henri
WEISBRODT  Charles
WILLE  Jean Georges