CHAPONNIER  Alexandre
(1753-1805)

Comme pour Cazenave, ce sont des oeuvres de Boilly qui viennent à l'esprit quand on cite le nom d'Alexandre Chaponnier : il est un de ceux qui ont traduit avec le plus de bonheur les compositions du petit maître, à l'extrême fin du siècle.
Il était né à Genève en 1753, et l'on ne sait rien de sa formation. On le trouve assez tôt établi à Paris, qui se consacre à la reproduction de pièces mythologiques d'après Huet, Regnault, Charpentier, Legrand, etc., sans que rien de tout cela mérite autre chose qu'une mention. Spécialiste du pointillé, il acquiert une virtuosité remarquable et réussit particulièrement dans la scène galante; avec Schall, avec Boilly surtout, il donne alors les oeuvres qui lui ont fait un nom: le Prélude de «Nina» la Comparaison des petits pieds, le Bouquet chéri, L 'Amant favorisé, sorte de contrepartie du Verrou, et d'autres encore, accueillies avec un grand succès et qui ont sans doute contribué à la réputation du graveur autant qu'elle ont aidé à la notoriété du peintre.
Mieux vaut taire, par contre, un plafond d'après Prud'hon (l'Étude donne l'essor au Génie) et une composition historique, le Passage du pont d'Arcole, où Chaponnier se montre au-dessous du médiocre. Il mourut en 1805.


 L'Amant favorisé.
Gravé au pointillé par Alexandre Charbonnier.
H. 0,450 x L. 0.380.
H. Harrisse, n° 58.

Ce procédé de gravure au pointillé, dont il a été parlé plus haut à propos des estampes de N.-F. Regnault d'après Fragonard et de L. Darcis d'après Lavreince, l'artiste pour lequel il était le mieux fait, c'est Louis-Léopold Boilly. Fixé à Paris à partir de 1785, Boilly ne tarda pas à se faire une réputation comme peintre de portraits, mais surtout de scènes galantes ou familiales, et ses compositions, d'une facture minutieuse et léchée, « jolies » dans toute la force du terme, furent bientôt popularisées par l'estampe: avec leurs sujets gracieux (et parfois fort décolletés ), leurs éclairages aux effets faciles, leurs jeunes femmes aux sourires et aux regards provocants, aux amples robes de satin miroitantes, comment n'auraient-elles pas été un succès assuré pour d'adroits praticiens du pointillé, dont le procédé, souple et comme velouté, renchérissait encore sur la manière du peintre ?
A. Chaponnier et Cazenave sont avec S. Tresca et J. Bonnefoy, les meilleurs de ces traducteurs de L. Boilly. Les deux premiers suffiront à représenter le peintre sous les deux aspects les plus fréquents de sa manière.
Rien à dire de particulier sur l'Amant favorisé: le seul fait que cette estampe ait été parfois appelée à tort le Verrou dit assez qu'elle est une variante édulcorée, sinon quant à l'arrangement, du moins quant à la traduction, d'une composition célèbre de Fragonard dont on a vu précédemment la gravure par Blot.

Haut de page

Retour_page_d'accueil

ALIAMET  Jacques
ALIX Pierre Michel
AUBERT Michel
AUDRAN  Benoît II
AUDRAN  Jean
AVELINE  Pierre Alexandre
AVRIL Jean-Jacques
BALECHOU Jean-Joseph
BAQUOY  Jean Charles
BEAUVARLET  Jacques Firmin
BERVIC Jean Guillaume
BLOT  Maurice
BOISSIEU Jean-Jacques
BONNET Louis Marin
BONNEVILLE  François (De)
BOUCHER François
CARMONTELLE  Louis Garrogis (De)
CARS  Laurent
CATHELIN  Louis Jean-Jacques
CAYLUS  (Le Comte De)
CAZENAVE
CHAPONNIER Alexandre
CHAPONNIER François Philippe
CHEREAU François
CHEREAU  Jacques
CHOFFARD  Pierre Philippe
CHRÉTIEN  Gilles Louis
COCHIN  Charles Nicolas (Le Fils)
COCHIN  Charles Nicolas (Le Père)
COPIA Jacques Louis
COURTOIS  Pierre François
CREPY  Louis
DAGOTY  Jean-Baptiste André Gauthier
DARCIS  Louis
DAUDET  Robert
DAULLE Jean
DEBUCOURT  Philibert Louis
DEMARTEAU  Gilles
DENON (Le baron vivant)
DEQUEVAUVILLER  François

DESCOURTIS  Charles Melchior
DESPLACES  Louis Philippe
DREVET  Claude
DREVET  Pierre
DREVET  Pierre Imbert
DUCLOS  Antoine Jean
DUNKER Balthazar Antoine
DURET Pierre Jean
FESSARD Etienne
FICQUET  Étienne
FIESINGER  Jean Gabriel
FILLOEUL Pierre
FLIPART Jean Jacques
FRANÇOIS  Jean Charles
GAILLARD  René
GAUCHER  Charles Étienne
GILLOT  Claude
GRATELOUP Jean Baptiste (De)
GUYOT  Laurent
HELMAN Isidore Stanislas
HUQUIER Gabriel
INGOUF  François Robert (Le Jeune)
JACOB Louis
JANINET Jean François
JOULLAIN François
LA LIVE DE JULLY Ange Laurent (De)
LARMESSIN  (Nicolas III, De)
LAUNAY  Nicolas Delaunay, ou (De)
LE BAS  Jacques Philippe
LE BEAU  Pierre Adrien
LE BLON  Jean Christophe
LE CHAMPION I. A.
LE COEUR  Louis
LE MIRE  Noël
LE PRINCE  Jean Batiste
LE VASSEUR  Jean Charles
LE VEAU  Jean Jacques André
LEGOUAZ Yves Marie
LEMPEREUR  Louis Simon
LÉPICIÉ  Bernard

LIÉNARD  Jean Baptiste
LIGNEE  Charles Louis
LIOTARD  Jean-Michel
LONGUEIL  Joseph (De)
MALBESTE  Georges
MALEUVRE  Jean Pierre
MARCENAY  (De GHUY Antoine De)
MARTIN ( Le Fils)  Jean Baptiste II
MARTINI  Pierre Antoine
MASSARD  Jean
MOREAU  Jean Michel (Le Jeune)
MOYREAU  Jean
NÉE  François Denis
OUDRY  Jean Baptiste
PATAS  Jean Baptiste
PONCE  Nicolas
PRÉVOST  Benoît Louis
QUENEDEY  Edme
RAVENET  Simon François (Le Père)
REGNAULT  Nicolas-François
RIGAUD  Jacques
ROMANET  Antoine Louis
SAINT-AUBIN  Augustin (De)
SAINT AUGUSTIN  Gabriel (de)
SAINT-NON  Jean Claude Richard, Abbé (De)
SARRABAT  Isaac
SAUGRAIN  M.elle Élise
SAVART  Pierre
SCOTIN  Gérard-Jean-Baptiste II
SERGENT  Antoine François
SIMONET  Jean-Baptiste
SURUGUE  Louis (Le Père)
TARDIEU  Nicolas Henri
TARDIEU  Pierre Alexandre
THOMASSIN Henri Simon
VOYEZ  Nicolas Le Jeune
VOYSARD  Étienne Claude
WATELET  Claude Henri
WEISBRODT  Charles
WILLE  Jean Georges